Millésime 2016

L’hiver 2015-2016 en Beaujolais a été plutôt doux avec des températures au dessus des moyennes de saison. Le printemps fut marqué par un début de mars assez chaud suivi de précipitations intenses et fréquentes. Avril fut plutôt froid et moins ensoleillé, par contre les températures remontèrent fin mai favorisant un temps orageux. Deux épisodes de grêle, un fin mai et un autre fin juin causèrent des dégâts importants sur nos crus. Il fallut attendre juillet pour que l’été arrive et s’installe avec des températures supérieures aux moyennes de saison. Septembre fut dans la lignée de cet été chaud. L’hétérogénéité de maturité d’une vigne à l’autre compliqua la décision de récolte et plus que jamais la dégustation des baies s’avéra indispensable. C’est vers le 20 septembre que les premiers raisins furent récoltés sous un soleil radieux. Autre fait marquant : plus les jours passaient, plus les raisins étaient savoureux, la maturité phénolique progressait chaque jour. Les vinifications se déroulèrent plutôt bien, les couleurs se sont extraites à merveille et les tanins des pellicules se sont révélés souples et agréables. Après quelques mois d’élevage, on découvre des vins avec des robes profondes d’une belle nuance pourpre et des arômes de fruits rouges frais intenses ( framboise, cerise ). Les tanins fins, élégants et soyeux sont bien présents. Derrière le millésime 2015 riche et chaleureux, le millésime 2016 se révèle comme un vin plaisir, un vin plus facile à boire, un vin qui renaît de ses pépins !

Millésime 2015

Le premier semestre de 2015 fut particulièrement sec et chaud. L’ensoleillement historique a permis au vignoble d’avoir un état sanitaire irréprochable. La floraison a été précoce et grâce à la chaleur de juillet, cette avance s’est prolongée jusqu’à la véraison qui est intervenue début août. Les petites pluies du mois d’août ont limité le stress de la vigne et les raisins ont terminé leur maturation dans d’excellentes conditions. Dés le début de la dernière semaine d’août, les vendangeurs ont récolté de petites baies bien mûres d’une qualité exceptionnelle avec des pellicules épaisses, une maturité phénolique complète et des degrés naturels jamais atteints.

De mémoire de vigneron, on n’a jamais vu une telle maturité en Beaujolais.

Les dégustations de la Saint Vincent sont un réel bonheur. On découvre un millésime d’une grande homogénéité et d’une belle concentration. En bouche, sa richesse explose: tout est rondeur et générosité. Les vins sont équilibrés, opulents avec une structure tannique annonciatrice d’un grand millésime de garde. Les couleurs sont profondes, intenses, somptueuses. Elles nous rappellent 2009 voire 1947, deux excellents millésimes au potentiel de garde avéré. Les tanins et les acidités apportent l’équilibre parfait et tous les ingrédients sont là pour faire un millésime sublime qu’il faudra avoir absolument dans sa cave.

Ces cuvées excellentissimes de Chénas et de Moulin à Vent seront l’affaire du siècle pour ceux qui auront la chance de pouvoir se les procurer !…